Nos adhérents

Mairie de SAINT-MARCEL-SUR-AUDE

retour carte

La commune de Saint-Marcel est située dans le Narbonnais, à l’endroit où la route de Narbonne vers le Minervois et l’arrière pays enjambe l’Aude, entre les confluents avec l’Orbieu et la Cesse. Cette situation, l’abondance d’eau et de terres fertiles expliquent l’ancienneté de l’occupation du site, au moins dès l’époque de la colonisation romaine.

Le nom de Saint-Marcel apparaît dans la documentation écrite dès 1105, mais c’est autour de l’année 1200 qu’est attestée l’existence du château fortifié, surmonté d’une haute tour, qui garde le passage sur la rivière et dont il ne reste plus de traces aujourd’hui, si ce n’est dans la topographie du quartier du Portanel. Une agglomération se forme au pied du château, qui sera entourée d’un solide rempart avec fossé et qui sera entretenue jusque vers 1650.

La population de Saint-Marcel est alors composée majoritairement d’agriculteurs, (propriétaires, métayers, journaliers) qui cultivent les céréales, l’olivier, la vigne et élèvent des ovins. Tous les métiers d’artisanat sont aussi présents : forgeron, tailleur, maçon, cordonnier etc.

Mais c’est le développement de la viticulture qui va réellement bouleverser la vie de Saint-Marcel comme celle de tous les villages languedociens. La culture de la vigne et le commerce du vin enrichissent rapidement les agriculteurs et attirent une nouvelle population en quête de travail. L’agglomération connaît alors sa première expansion démographique et en 1900, le village compte 1100 habitants. Depuis la proclamation de la République en 1870, la population adhère majoritairement aux valeurs de laïcité et progrès social : construction d’un groupe scolaire (1883), création de la Société de Secours Mutuel (1887), plan d’urbanisme (1890), adduction d’eau potable et électrification (1900), création de la Distillerie Coopérative (1914), puis plus tard de la Cave Coopérative de vinification (1933).

Mais, à partir de 1907, les crises à répétition de la viticulture et la saignée de la Guerre de 1914-1918 vont stopper cet élan. Pendant les trente années qui suivent la Libération, Saint-Marcel reste un village agricole dont les 800 habitants vivent majoritairement au rythme d’une viticulture qui se modernise progressivement.

A partir des années 1980, notre village connaît de nouveaux bouleversements. Tout d’abord, la crise de la viticulture se traduit par la disparition de la plupart des exploitations, l’arrachage d’une grande partie du vignoble et aboutit à la fermeture de la Cave Coopérative de vinification en 2007. Parallèlement, de nombreuses familles choisissent Saint-Marcel comme lieu de résidence, et dès 1990, la population retrouve son niveau du début du XX° siècle pour dépasser aujourd’hui 1600 habitants.

Aujourd’hui on y trouve presque 300 hectares de vignes notamment en IGP Pays d’Oc.